ITALIALIBRI - RIVISTA MENSILE ONLINE DI LIBRI ITALIANI, BIOGRAFIE DI AUTORI E RECENSIONI DI OPERE LETTERARIE




par Odile Garlin-Ferrard

PETIT TOUR D’HORIZON SUR LA PRESSE DE CETTE SEMAINE CONCERNANT LE SALON DU LIVRE

Comme cela était attendu, les journaux et magazines français ont continué cette semaine a faire paraître des suppléments ou des articles sur la littérature italienne, tel «Le Monde» qui y a consacré l’intégralité de son supplément littérature du jeudi soir (journal daté du vendredi) en ouvrant ses pages notamment à Daniele Del Giudice, Salvatore S. Nigro ou Jacqueline Risset et en critiquant de nombreux ouvrages.

L’hebdomadaire «Télérama» a également consacré cette semaine toute sa rubrique littérature à la critique de romans ou de récits italiens et à un bel entretien avec Tabucchi, très sollicité par la presse française, un reportage sur les écrivains de Bologne, mise tristement à la une cette semaine avec l’assassinat de Marco Biagi, et à de nombreux portraits d’écrivains morts ou vivants comme Francesco Biamonti, Erri De Luca, Mario Rigoni Stern ou encore Sergio Ferrero.

SUR L’INAUGURATION DU SALON

Les déclarations de Catherine Tasca à l’encontre de Mr Berlusco laissaient présager une inauguration mouvementée du Salon du Livre. Inauguré ces dernières années par Jacques Chirac et le chef d'état ou de gouvernement du pays invité, le Salon devait l’être cette année par Mme Tasca, M. Chirac se trouvant à la conférence de l'Onu sur l'aide au développement à Monterrey (Mexique). L'incertitude régnait encore mardi matin sur le nom du ou des représentants italiens. L'essayiste Pietro Citati disait lundi à l'Afp «n'avoir aucune intention de parler de l'immense bêtise, des deux côtés, de la politique italienne» et vouloir s'exprimer seulement sur les livres. D'autres, en revanche comme Andrea Camilleri ou Vincenzo Consolo devaient venir à Paris à leurs frais en signe de protestation contre la politique de Mr. Berlusconi. Les sifflets, les manifestations et l’incident diplomatique étaient bien au rendez vous de cette inauguration le jeudi 21 Mars à Paris au Salon du Livre à Paris.

Environ 80 manifestants scandant des slogans comme Libérez l’Italie, Assassins, voleurs, honte, E' pericoloso Berlusconi ont protesté contre la présence de deux secrétaires d’Etat à la Culture du gouvernement de Berlusconi, Nicola Bono, sous-ecrétaire d’Etat aux Biens culturels et Vittorio Sgarbi, ancienne vedette de la «Cinque», la principale chaîne du président du conseil qui y animait un talk-show culturel et s’en prenait régulièrement aux intellectuels de la gauche italienne avec une réputation de dandy provocateur dans la péninsule.

Les deux Secrétaires d’Etat ignoraient ces slogans tandis que Catherine Tasca, heureuse d’être parmi les livres continuait son tour du Salon, imperturbable. Les contestataires, issus du mouvement franco italien Resistenza et du collectif anti-mondialisation Aarrg, ayant revêtu des masques représentant le visage de Berlusconi et des tee shirts portant des inscriptions comme "Cavaliere", «Je serai le Président Directeur Général de l’Italie», «Notre civilisation est supérieure à l’Islam» ont ensuite envahi le Pavillon italien en hurlant «Vergogna, Vergogna». Les ministres français et italiens ont dû se réfugier à l’abri tandis que Vittorio Sgarbi, perdant tout sang froid et oubliant les recommandations de Berlusconi, a déclaré «Le pavillon italien a été occupé manu militari par des communistes et les mouvement globaux, qui sont des fascistes et des nazis. Nous sommes les invités du salon, on doit pouvoir rester sur notre pavillon. Il n'y a eu aucun service d'ordre. Je suis critique d'art et auteur. J'ai visité toutes les foires du livre. Ici, je n'ai pas pu regarder les livres. Jamais cela ne s'est passé comme ça, même à Cuba. La France n'est pas un pays démocratique».

Mr. Sgarbi a également attaqué Catherine Tasca : «C'est la première qui a établi un rapport entre la culture et la politique italienne. Elle est responsable de cette situation». Non loin, pour compléter ces manifestations, les sifflets des salariés en grève de la Fnac réclamaient «Pinault, des euros». Le bilan de cette inauguration est que Vendredi, la délégation italienne s’est retirée du Salon du Livre, et a mis fin à leur «présence officielle». Ont ainsi été aujourd’hui annulées, une conférence sur le thème: Histoire et géographie de l’art italien que devait donner vendredi après-midi le sous-secrétaire d’Etat italien à la Culture, Vittorio Sgarbi, critique et historien de l’art, et aussi une table ronde sur les relations culturelles franco-italiennes, au cours de laquelle devaient intervenir des représentants d’institutions culturelles italiennes.

On peut donc dire que l’inauguration du 22ème salon du livre a été bien mouvementée…Des journaux comme «Le Monde» ou «Libération» ont largement commenté ces incidents en même temps qu’ils informaient les français sur l’enquête concernant l’assassinat de Marco Biagi .«Le Monde» daté du Samedi 23 Mars révèle que l’économiste avait le sentiment que «sa tête avait été mise à prix» et qu’il se sentait «bandonné» par l’Etat italien. Dans ce même numéro du «Monde», Bernard Comment, écrivain et traducteur a écrit un article en relation avec le Salon du Livre intitulé L’Italie de tous les dangers dans lequel il dénonce la multiplication de signes «d’une dangereuse dérive antidémocratique et d’un mépris affiché de la culture par le gouvernement Berlusconi».

Avant tout bilan, on peut déjà constater que le salon du Livre aura permis aux intellectuels italiens et français de prendre clairement et publiquement position sur le gouvernement Berlusconi et de le dénoncer .A suivre…

La culture, est elle une marchandise?
(
L'Italie et 60 de ses écrivains, invitée d'honneur au Salon du Livre)

Une inauguration bien mouvementée
(
Le pavillon italienne occupé par des «communistes»)

L'Italie du refus
(
Après son inauguration fracassante,
le Salon du livre se poursuit avec ses débats et ses auteurs...)

Bilan de la manifestation
(Le succès des auteurs italiens a pris les éditeurs par surprise)

Milano, 27 marzo 2002
© Copyright 2002 italialibri.net, Milano - Vietata la riproduzione, anche parziale, senza consenso di italialibri.net


Scriveteci le vostre impressioni

http://www.italialibri.net - email: - Ultima revisione Gio, 3 ago 2006


© Copyright 2000-2001 italialibri.net, Milano - Tutti i diritti riservati