ITALIALIBRI - RIVISTA MENSILE ONLINE DI LIBRI ITALIANI, BIOGRAFIE DI AUTORI E RECENSIONI DI OPERE LETTERARIE




par Odile Garlin-Ferrard

Le Salon du Livre s’est terminé le mercredi 27 mars tandis que la France était sous le choc du terrible massacre qui s’était déroulé à la mairie de Nanterre (à côté de Paris) la nuit précédente. Les journaux français dés le jeudi 28 et vendredi 29 mars établissaient le bilan de cette manifestation parisienne annuelle.

De nombreuses manifestations sociales et politiques ont donc ponctué cette année ce salon très animé, qui restera sans doute dans la mémoire du monde de l’édition et qui fut marqué par le succès des auteurs italiens et les critiques de la politique italienne, pays invité d’honneur.

La fréquentation de ce rendez vous annuel parisien des éditeurs et du public est en baisse de 7,9%, avec un total de 219 000 entrées dont 52 600 payantes au lieu de 237986 en 2001. Selon Serge Eyrolles, président du Syndicat national de l’Edition (Sne), cette baisse de fréquentation peut s’expliquer par les difficultés du multi-media, le livre électronique ayant attiré l’année dernière de nombreux curieux. Le plan vigipirate a également entraîné une baisse de la fréquentation des groupes scolaires, 14 700 visites de jeunes ont ainsi été enregistrées contre 21 522 en 2001.

En revanche, les achats de livres sont, eux, en hausse. Plus de 20 000 livres ont été vendus sur le pavillon italien et ont rapporté à la librairie italienne plus de 200 000 euros. Les livres de Marcello Fois, Niccolo Ammaniti ou d’Erri de Luca se sont arrachés et pas seulement sur le site du Salon mais aussi dans toutes les librairies françaises. Mardi soir, Marcello Fois, venu pour une séance de dédicace, n’a rien pu signer, tous ses livres ayant été vendus… Serge Eyrolles a indiqué que «beaucoup d’éditeurs constataient une forte hausse des achats de livres…..on a l’impression que la communauté italienne de Paris s’est précipitée pour acheter des livres».

Le Directeur de l’Association des éditeurs italiens (AIE), Ivan Cecchini, a évoqué pour sa part «une grande fête italienne» et déclaré «le succès nous a pris par surprise». Au niveau des manifestations qui ont été des plus appréciées figurent les débats publics et les signatures notamment celles d’Alessandro Baricco, de Marcello Fois, d’Umberto Eco, d’Erri de Luca.

Jamais on aura autant parlé de ce Salon que cette année. Les écrivains italiens jouissent à présent d’une bonne renommée parmi le public français, qui, espérons le, ne les perdra plus de vue…Sans doute, le Salon de l’année prochaine où «La littérature de Flandres et des Pays bas» sera à son tour à l’honneur sera moins agité…

La culture, est elle une marchandise?
(
L'Italie et 60 de ses écrivains, invitée d'honneur au Salon du Livre)

Une inauguration bien mouvementée
(
Le pavillon italienne occupé par des «communistes»)

L'Italie du refus
(
Après son inauguration fracassante,
le Salon du livre se poursuit avec ses débats et ses auteurs...)

Bilan de la manifestation
(Le succès des auteurs italiens a pris les éditeurs par surprise)

Milano, 29 marzo 2002
© Copyright 2002 italialibri.net, Milano - Vietata la riproduzione, anche parziale, senza consenso di italialibri.net


Scriveteci le vostre impressioni

Massimiliano Cavallaro (piccoloag@katamail.com), Agrigento, 2.04.2002

Mi permetto di scriverle una critica. Che lei abbia le sue idee è giusto (sarebbe strano che non le avesse!) ed è ancor più giusto che le difenda, ma fare tutto quel putiferio al salone del libro di Parigi! E dire che lei pubblica con Mondadori!!! Ma mi permetta di dirle che alla fine quella che ci ha fatto una pessima figura è stata la CULTURA italiana. Caro prof. Consolo, lei ed io siamo siciliani, facciamo dunque le persone serie, le velleità da scrittore di sinistra vessato da un regime (che ringraziando Dio non c'è!) lasciamole agli altri. Rispettosamente la saluto, Massimiliano.



http://www.italialibri.net - email: - Ultima revisione Gio, 3 ago 2006


© Copyright 2000-2001 italialibri.net, Milano - Tutti i diritti riservati